Piqûres de soutien et bâti

Les piqûres de soutien

Une fois les pièces du patron ôtées du tissu, les bords courbes ou en biais risquent de se déformer. Si, par exemple, vous faites une robe dont le corsage s’orne d’un col, vous allez faire plusieurs essayages jusqu’à ce que vous soyez satisfaite de l’ajustement du buste. Et, au moment de monter le col, vous vous apercevrez que l’encolure s’est légèrement distendue et qu’il n’y a pas moyen d’y adapter correctement le col. Pour empêcher que cela ne se produise, on fait une ligne de piqûre à 3 mm de la ligne de couture dans le rentré : c’est ce qu’on appelle une piqûre de soutien.

Ces piqûres de soutien constituent la toute première étape du travail avant tout assemblage. Elles se font avec un fil à coudre ordinaire et l’aiguille qui convient à l’épaisseur du tissu. Elles restent en place définitivement.

On peut recommander une piqûre de soutien à d’autres emplacements : aux emmanchures, aux coutures de côté d’un corsage. La ligne courbe des hanches sur une jupe droite recevra le plus souvent une piqûre de soutien.

Marche à suivre: Les piqûres de soutien doivent être parfaitement exécutées, sinon elles ne rempliraient pas leur office. Elles se font sur le tissu en simple épaisseur, elles ne doivent jamais le froncer. Réglez au préalable tension et longueur de point sur une chute.

Sur des tissus très extensibles, certains jerseys par exemple, les piqûres de soutien risquent de déformer le tissu. Pour l’éviter, piquez vers le creux de la courbe. Pour une encolure, on piquera des deux côtés de l’épaule vers le milieu devant; pour une emmanchure, de l’épaule vers le dessous du bras. On soutiendra la courbure des hanches en piquant en direction de la taille.

Le bâti

bâti

En bâtissant soigneusement vous vous épargnerez bien des migraines pour la suite. Le bâti (ou faufil) est une couture provisoire qui maintient les pièces assemblées pendant les essayages et le montage.

Si votre bâti n’est pas fait précisément sur la ligne de couture, vous ne pourrez pas faire des ajustements précis et, si vos points sont trop grands ou trop lâches, ce bâti lâchera à l’essayage.

Il existe trois techniques qui correspondent chacune à un travail spécifique.

Le bâti droit

Il a pour objectif de maintenir ensemble deux pièces de tissu soit pour l’essayage, soit pour la piqûre définitive ; c’est un grand point devant. Faites des points de 6 mm environ, espacés de 6 mm. Cousez à 2 mm de la ligne de couture dans le rentré. De la sorte, lorsque vous piquerez à la machine, vous ne chevaucherez pas les fils de bâti, ce qui est en effet à éviter car alors le bâti est très difficile à ôter. Vous ferez des points plus grands, de 12 mm environ et espacés d’autant pour bâtir des coutures sur lesquelles ne s’exercera guère de traction à l’essayage.

Dans une ligne courbe, vous aurez au contraire intérêt à vous assurer un meilleur contrôle en faisant des points plus petits. Lorsque vous bâtissez une très longue couture, et particulièrement en travaillant un tissu lourd, faites de temps en temps un point arrière pour renforcer le bâti. 

Le bâti en diagonale

bâti en diagonaleLorsqu’il vous faut maintenir ensemble de grandes pièces de tissu, lorsque vous fixez un parement à un revers, vous ferez un bâti en diagonale. Posez l’ouvrage à plat sur la table devant vous. Maintenez-le aussi plat que possible. Faites un nœud à l’extrémité de votre fil. Faites un point vertical, perpendiculaire au bord des pièces.

Plantez l’aiguille à 2,5 cm sur la droite à la même hauteur que le premier point et ressortez-la verticalement à la base du premier point et ainsi de suite, vous obtenez une rangée de points en diagonale. Couvrez ainsi de rangées de bâti en diagonale les deux pièces à assembler.

Le bâti à points glissés

Il est parfois nécessaire de bâtir une couture sur l’endroit lorsque vous devez raccorder carreaux ou motifs. Vous ferez un bâti à points glissés. Le bâti se fait donc sur l’endroit, à petits points, et la couture se pique ensuite normalement sur l’envers.

□ Marche à suivre. Posez l’une des pièces à plat sur la table, l’endroit vers vous. Posez la seconde pièce un peu plus loin de vous, toujours l’endroit vers vous. Pliez avec l’ongle le rentré de cette seconde pièce et posez le pli obtenu juste sur la ligne de couture de la première pièce. En partant de la droite, sortez l’aiguille enfilée à travers la première pièce juste en dessous du pli de la seconde. Prenez quelques fils dans le pli horizontalement puis quelques fils dans la première pièce. Vous ferez ainsi une ligne de points devant sur la ligne de couture en alternant un point dans le pli et un point dans la pièce à plat et pourrez à la machine donc parfaitement raccorder rayures ou autres motifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *