Les coutures

Faire de belles coutures devrait être un jeu d’enfant maintenant que nous avons des machines à coudre. En réalité, il faut avoir de la pratique pour réussir une couture à la perfection. Une couture parfaite est exécutée sur la ligne de piqûre, sans déviation d’un côté ou de l’autre, et laisse le tissu absolument plat et sans fronce.

Rentrés des coutures

Sur les patrons vendus dans le commerce sont généralement prévus des rentrés de 1,5 cm (avec des variations pour certains types de vêtement). Exercez-vous à estimer à l’œil la largeur d’un rentré. La plaque d’aiguille de votre machine à coudre présente des lignes parallèles qui peuvent vous aider à maintenir une largeur constante. Si votre machine est ancienne et n’en comporte pas, collez une bande de ruban adhésif à 1,5 cm du trou de l’aiguille, cela vous guidera. Effectuez toujours la piqûre dans le sens indiqué par des flèches sur les pièces du patron.

Termes à connaître

Renforcer

renforcerOn vous demandera de renforcer la couture là où la tension exercée sur le tissu risque d’être plus forte, dans un angle, par exemple, où vous devrez rogner fortement les rentrés. Vous renforcerez également à la pointe d’un col ou dans une couture incurvée qui sera rognée de près. Cela consiste à régler votre machine sur un point plus petit. Pour tourner un angle ou faire une pointe, piquez normalement jusqu’à 2 cm du sommet de l’angle puis réglez votre machine sur un point plus petit. Stoppez au sommet de l’angle en laissant l’aiguille plantée dans le tissu. Levez le pied-de-biche, faites pivoter le tissu autour de l’aiguille. Rabaissez le pied-de-biche et continuez à petits points sur 2 cm. Revenez alors à la longueur de point initiale.

Arrêt des coutures

Si votre machine effectue la marche arrière, vous ferez quelques points en marche arrière pour arrêter vos coutures. C’est un arrêt rapide et net. Mais, si vous faites une couture appelée à se voir, nouez les fils.

Dégrader

Dans le montage d’un vêtement, il peut se faire que se superposent en un endroit trois ou même quatre rentrés. Par exemple à la fixation d’un col double sur une encolure soutenue par un parement. Si vous laissiez tels quels tous les rentrés, ils formeraient une bosse qui serait disgracieuse sur l’endroit. Dans un cas comme celui-là, les instructions de couture du patron vous conseilleront de « dégrader ».

Cela signifie que vous allez rogner chacun des rentrés sur une largeur différente. Le rentré qui se trouvera immédiatement sous le tissu extérieur sera conservé dans toute sa largeur. Vous rognerez un peu plus le second et ainsi de suite. Au repassage, la bosse des rentrés n’apparaîtra pas. Prenez vos ciseaux les plus fins pour faire ce travail et ne vous pressez pas. Si vous prenez votre temps, vous obtiendrez une finition parfaite.

Piquer les rentrés

Il s’agit de faire une piqûre sur l’endroit, parallèlement à la ligne de couture, pour empêcher par exemple un parement d’être visible en débordant sur l’endroit. Vous finirez ainsi un parement d’encolure ou d’emmanchure. Cela ne se verra pas sur l’endroit si vous le faites avec soin. Vous avez déjà cousu le parement et dégradé la couture. Ouvrez à plat le parement, tous les rentrés doivent être sous le parement. Glissez le vêtement sous l’aiguille de la machine à coudre et piquez sur le parement, près de la ligne de couture, à travers tous les rentrés. Repassez cette piqûre puis retournez le parement sur l’envers et repassez à nouveau.

Ganser une couture

ganser une couturePour empêcher certaines coutures de se distendre, on peut aussi leur poser une ganse. L’opération est facile. Faufilez la ganse ou l’extra-fort sur l’envers d’une des pièces à assembler. Faites dépasser légèrement la ganse par rapport à la ligne de couture, du côté du rentré. Epinglez et bâtissez les deux pièces à assembler et faites votre couture comme à l’ordinaire en prenant à la fois la ganse et les deux épaisseurs de tissu.

Rogner les coutures

Rogner les couturesLorsqu’on vous indique de rogner les coutures, ne laissez pas plus de 6 mm de rentré sauf instructions contraires. Il n’est pas nécessaire de rogner d’aussi près dans les tissus très fins et transparents. Coupez en diagonale l’angle de deux coutures. Lorsque vous rognez un angle aigu ou une pointe, coupez le sommet de l’angle puis les côtés en diagonale.

Cranter

Dans une couture incurvée, il faut cranter, tailler dans le rentré pour un résultat final plat et lisse. cranter courbes convexesDans une couture creusée, il y aura trop de tissu au rentré une fois la couture terminée et le vêtement à l’endroit. Vous couperez dans le rentré de petits triangles.
Dans une couture convexe, le rentré de la couture tire une fois le vêtement à l’endroit. Faites de petites fentes dans le rentré tous les 1,5 cm presque jusqu’à la ligne de piqûre. Il ne tirera plus et la couture sera bien plate.

Les diverses coutures

Couture anglaise

Sur l’endroit l’apparence est celle d’une couture ordinaire, sur l’envers elle forme un petit pli. Elle est recommandée pour les tissus délicats et pour les vêtements d’enfant ou la lingerie.

couture anglaiseMarche à suivre. Epinglez et faufilez envers contre envers. Piquez à 9 mm de la ligne de couture. Rognez en coupant les deux bords à la fois. Otez le fil de bâti. Retournez le travail et pliez sur la ligne de cette première piqûre. Repassez et faites la couture proprement dite sur la ligne de couture en enfermant ainsi les premiers rentrés, fausse couture anglaise Faites une couture ordinaire, repliez l’un vers l’autre les rentrés sur quelques millimètres et repassez. Piquez enfin les deux rentrés ensemble sur le pli.

Couture double

couture doubleFaites une première piqûre sur la ligne de couture, puis une seconde dans le rentré à 3 mm de la première. Rognez à 3 mm de cette seconde piqûre et surfilez les deux bords ensemble (voir « Les pinces »).

Couture à cheval

couture à chevalVous ferez une couture à cheval pour fixer par exemple un empiècement sur un corsage.

Repliez la pièce qui doit chevaucher sur l’autre le long de la ligne de couture et repassez. Posez, endroit vers vous, cette pièce sur celle qui doit la recevoir, le pli le long de la ligne de couture, et piquez près du pli à travers les trois épaisseurs.

Couture surpiquée

Faites une couture ordinaire, ouvrez-la au fer et sur l’endroit du tissu faites deux rangs de piqûres à 3 mm de part et d’autre de la ligne de couture. Vous pouvez aussi rabattre les deux rentrés d’un même côté et ne faire qu’une seule surpiqûre sur l’un des côtés à travers les trois épaisseurs.

Couture rabattue

couture rabatueFaites une couture endroit contre endroit en laissant un rentré plus haut que l’autre d’un demi-centimètre. Repassez. Faites un léger rempli sur le plus grand rentré en enfermant le bord étroit à l’intérieur et cousez sur le pli à la main ou à la machine.

Couture passepoilée

couture passepoiléeCoupez et assemblez des bandes de tissu dans le biais. Pliez cette bande dans le sens de la longueur, c’est le passepoil. Bâtissez le passepoil sur l’endroit d’une des pièces le long de la ligne de couture. Placez la seconde pièce sur le passepoil, endroit contre endroit. Faufilez puis piquez sur la ligne de couture à travers les quatre épaisseurs. Le passepoil permet des effets décoratifs.

Couture passepoilée avec ganse

couture passepoilée avec ganseC’est une sorte de couture passepoilée. Une ganse ronde où une ficelle de lin a été insérée dans le pli du biais. Pour l’exécuter, vous changerez votre pied-de-biche universel contre un pied-de-biche ganseur. C’est une couture de garniture qui assure aussi plus de netteté et de solidité aux coussins, housses de divan, dessus-de-lit.

La finition des coutures

On juge le travail d’une couturière sur l’envers des vêtements qu’elle confectionne. Tous les rentrés doivent être nets. Les coutures qui ne s’effilochent pas sont une garantie de la solidité des vêtements.

  • Surfil à la main. La couture une fois ouverte au fer, vous surfilez chaque bord.
  • Couture ouverte piquée. A exécuter dans les tissus légers. La couture une fois ouverte au fer, repliez chaque bord et piquez-le.
  • Couture crantée. Dans certains tissus qui ne s’effilochent pas, comme la feutrine par exemple, il peut suffire de cranter la couture avec des ciseaux à cranter.
  • Couture soutenue. Elle est obligatoire lorsqu’on a à résorber une légère ampleur. Commencez par bien répartir cette ampleur excédentaire et maintenez en place par des épingles. Posez un galon ou une tresse sur l’envers le long de la ligne de couture et piquez. Au repassage vous parviendrez à finir de résorber l’ampleur. C’est un coup de main à prendre.
  • Couture surfilée au point zigzag. C’est une des finitions les plus nettes et la plus rapide à exécuter, si toutefois vous disposez d’une machine à point zigzag. Ouvrez la couture au fer et surfilez chaque bord l’un après l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *