Tissus fins et dentelles

organza

La mousseline, le crêpe georgette, le tulle illusion, le voile, l’organdi et autres tissus fins et transparents sont gracieux, agréables à porter et d’une grande séduction.

Le plus souvent, les vêtements en tissus transparents ont un fond assorti, en tissu pour doublure par exemple, ou sont doublés dans un tissu de même poids et de même qualité. Si le patron demande des parements, utilisez du tulle ou de la marquisette.

Epinglage et coupe

Survient ici la première difficulté. Les techniques ordinaires sont inefficaces. Les tissus légers ont tendance à glisser. Il suffit d’un courant d’air et tout s’envole!

Voici comment procéder : sur votre table à ouvrage, posez une feuille de papier de soie puis une autre feuille entre les épaisseurs du tissu. Epinglez d’abord les lisières puis ici et là dans la largeur. N’utilisez que des épingles très fines, celles à tête de verre sont les plus indiquées. Vous pouvez maintenant épingler vos pièces du patron. Pour la coupe, ayez des ciseaux parfaitement aiguisés. Si les lames étaient un tant soit peu ébréchées, elles accrocheraient les fils très fins du tissu.

Marquage

Les outils de marquage ordinaires sont à éviter car les traces s’effacent mal. N’employez ni carbone ni roulette à patron. Faites un bâti tailleur avec un fil à coudre fin, le fil à bâtir étant trop gros.

Coutures

Vous vous apercevrez peut-être qu’en cousant les épaisseurs de tissu glissent sous le pied-de- biche. Essayez de bâtir à petits points. Si le tissu glisse toujours, faites deux rangs de bâti à 6 mm de part et d’autre de la ligne de piqûre et piquez entre les deux fils de bâti. Parfois des fils du tissu s’accrochent au pied-de-biche ou aux griffes d’entraînement, le tissu fronce. Intercalez alors des feuilles de papier de soie entre le tissu et la machine. Piquez papier et tissu et vous ôterez délicatement le papier une fois la couture terminée.

Les coutures doivent être fines et très nettes. Il vaut mieux des coutures fermées. Faites des coutures anglaises ou de fausses coutures anglaises. Pour monter des manches ou pour des pinces, vous pouvez faire une couture à double piqûre. Si vous montez des manches avec ce type de couture, espacez les deux piqûres de 6 mm.

Fermetures

Si le vêtement est doublé, boutons et boutonnières iront bien. S’il ne l’est pas, les boutonnières seront uniquement faites à la machine et les boutons seront très légers.

On emploie rarement des fermetures à glissière pour ce genre de tissu, si ce n’est peut- être pour les plus raides comme le voile et l’organdi, car elles sont trop lourdes. Ayez recours aux agrafes, aux ganses faites à la main ou aux petits boutons-pression.

Ourlets et finition

Les ourlets seront soit très petits pour qu’on les voie à peine, soit au contraire profonds. Un roulotté peut convenir à une jupe droite ou circulaire. Les ourlets profonds peuvent être aussi grands que vous voulez. Coupez d’abord absolument droit. Rentrez l’ourlet sur la hauteur désirée. Faufilez le long du pli puis de nouveau près du bord. Faites un petit rentré et cousez à points glissés.

Repassage

Le repassage de ce genre de tissu est très délicat. La plupart sont en .fibres synthétiques et ne supportent pas un fer chaud. Certains plissent si on les repasse à la vapeur ou avec une pattemouille. Faites des essais au préalable sur des chutes de tissu. Ne prenez aucun risque. Repassez légèrement en lissant à plat les coutures du bout des doigts.

La dentelle

dentelle

La dentelle est plus facile à travailler que les mousselines, même les fines dentelles soyeuses. Elles sont la plupart du temps doublées de gaze ou de tulle, ce qui rend le travail aisé.

Marquage et coupe

Sauf lorsqu’elles présentent un motif unidirectionnel, les dentelles peuvent être coupées dans n’importe quel sens. Si un dessin se répète, faites les raccords aux coutures. Certaines dentelles ont un bord décoratif qui peut rester tel quel au niveau de l’ourlet ou au bord des manches. Vous pouvez aussi découper la dentelle au ras d’un motif pour obtenir ce bord décoratif. Si la dentelle est très fine et délicate, vous la traiterez comme les mousselines. Bâtissez avec un bâti tailleur.

Coutures

Il se peut que les dentelles plus épaisses exigent une tension plus faible et un point plus long. Faites des essais sur une chute de votre dentelle. Si votre ouvrage glissait sous le pied- de-biche, interposez une feuille de papier de soie comme on l’a vu pour les tissus fins.

Il est très important que les rentrés des coutures se voient aussi peu que possible à travers la dentelle. Si le vêtement est doublé, ils ne se verront pas du tout, mais, s’il ne l’est pas, rognez les coutures au maximum et surfilez les bords ou encore, comme pour les tissus fins, faites des coutures à double piqûre.

Parements

Si des parements sont nécessaires, choisissez un tissu léger et fin, du tulle par exemple. Mieux encore, finissez les encolures et le bord des manches avec un biais coupé dans un somptueux tissu, satin ou crêpe. L’ourlet peut recevoir un parement de tulle. Certaines dentelles très fines supporteront un ourlet roulotté.

Fermetures

Des boutonnières faites à la machine ou des ganses iront bien. Vous pouvez faire les ganses dans le tissu de la doublure ou du biais. Vous pouvez aussi poser de fines fermetures à glissière.

Repassage

Sachez de quelles fibres est faite votre dentelle. Certaines sont un mélange de coton et de fibres synthétiques et ne supportent donc pas un fer chaud. Repassez soigneusement sur un molleton épais pour ne pas aplatir le motif. Pour repasser une dentelle très ajourée, interposez un tissu fin et sec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *