Votre panier à couture ou à ouvrage

Le matériel nécessaire pour la couture est de plus en plus varié. Vous aimerez trouver rapidement l’aiguille de la bonne grosseur, le dé indispensable ou l’aimant qui vous permet de ramasser les épingles… Il vous faut un contenant le plus compartimenté possible afin que tout soit d’un accès facile. Ce sera un panier, une boîte, une table à ouvrage.

sewing-box

Dans votre panier

  • Des aiguilles :Ayez-en un bon assortiment pour choisir celle qui convient à votre tissu.
  • Des épingles : Celles à tête de verre sont préférables, longues, fines et très pointues. Vous les conserverez dans une boîte et pendant les essayages vous en planterez dans une pelote qui se fixe au poignet.
  • Un dé : Il doit bien épouser le bout de votre doigt sans risquer de blesser.
  • Un passe-lacet : Très pratique pour glisser un élastique dans un ourlet.
  • Un enfile-aiguille : Il vous évitera de vous énerver. II suffit de passer votre fil entre les fils métalliques, de les glisser dans le chas et de tirer le fil. L’aiguille est enfilée!
  • Une pince à épiler : Elle viendra à bout des fils de bâti qui ne veulent pas s’en aller.
  • Un protège-doigt : Si vous faites beaucoup de finitions à la main, il vous protégera des piqûres d’aiguilles.

sewing-box-tools

Les aiguilles

Les aiguilles de machines à coudre existent en deux longueurs et en plusieurs grosseurs qui sont numérotées de 9 à 16, 9 étant la plus fine. Dans les aiguilles pour coudre à la main, elles sont toujours indispensables, les grosseurs vont de 1 à 12,1 étant la plus fine, et vous utiliserez surtout les grosseurs 7 à 10.

Pour coudre les tricots et jerseys soit à la main, soit à la machine, il existe des aiguilles à bout rond. Enfin vous pouvez avoir besoin d’aiguilles « carrelet » pour coudre le cuir et la fourrure.

Les fils

Comme pour les aiguilles, il vous faut adapter la grosseur du fil, ainsi que sa teinte, à celle du tissu que vous travaillez. Prenez toujours un fil plutôt plus foncé que plus clair.

  • Le fil câble : Existe en noir et en blanc, s’utilise à la main comme à la machine. Il est mercerisé, brillant, les grosseurs les plus employées sont le 40 et le 50.
  • Le fil de tergal : Il est devenu indispensable pour coudre les tissus synthétiques.
  • Le fil à bâtir : Moins solide que le fil à coudre, il existe en grosses bobines de plusieurs couleurs.
  • La soie à coudre : Elle s’emploie pour les tissus de soie et les synthétiques à l’aspect soyeux.
  • Le cordonnet à boutonnières : C’est un coton mercerisé plus gros que le fil à coudre.
  • Le simili : C’est un fil mercerisé que l’on trouve dans une gamme infinie de couleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *